Le soldat et le gramophone de Saša Stanišić

Publié le par Aurore

Le soldat et le gramophone c'est l'histoire d'un petit garçon, Aleksandar, que son grand-père nomme un jour «chevalier du possible et de l'impossible». Alors, coiffé de son chapeau pointu en papier, et armé de sa baguette, Aleksandar raconte. Il raconte son grand-père bien sûr, et la Drina, cette eau verte et impétueuse. Il raconte aussi la tension qui monte et les maisons qui chantent. Les soldats et les nuits dans la cave. Mais qu'on ne se trompe pas, à travers le regard ingénu d'un enfant, c'est bien d'une guerre, et d'un exil dont il s'agit.


Premier roman de Saša Stanišić, Le soldat et le gramophone est directement tissé autour des bribes de souvenir de ce jeune bosniaque exilé en Allemagne. A la recherche d'une identité et de racines qui appartiennent à un pays qui n'existe plus, l'auteur nous met en face d'un récit saisissant de poésie et de maturité. Car c'est bien un regard d'homme que Stanišić livre ici. Un livre riche de références historiques et littéraire, mais aussi d'émotions, de déchirements, avec en prime des titres de chapitres qui sont en eux-mêmes de petits poèmes.



Le soldat et le gramophone de Saša Stanišić, Stock/Cosmopolite, 2008.

Commenter cet article