La revanche des otaries de Vincent Wackenheim

Publié le par Aurore


"Ce blog a décidé de s'associer à un projet ambitieux : chroniquer l'ensemble des romans de la rentrée littéraire! 

Vous retrouverez donc aussi cette chronique sur le site Chroniques de la rentrée littéraire qui regroupe l'ensemble des chroniques réalisées dans le cadre de l'opération. Pour en savoir plus c'est ici."


Conformément aux souhaits de Dieu, Noé embarque sur son arche une paire de chaque espèce animale... Cette histoire là vous la connaissez déjà.
Mais dans la version de Vincent Wackenheim, Noé est un obsédé sexuel à tendance zoophile, les otaries sont des séductrices impénitentes, et un couple de Dinozores est apparu sur l'arche sans que personne ne sache ni d'où ils viennent, ni comment ils sont arrivés là! Et d'ailleurs, que fait-on d'un couple d'herbivores qui a lui seul dévore les réserves, défèque par tonnes et menace de faire chavirer l'embarcation sous leur poids?!

Et bien c'est la pagaille, la débandade... Des bergers allemands armés de fusils montent la garde, on tente de respecter les réglements farfelus imposés par Noé, qui lui se prélasse entre les bras des langoureuses otaries, tandis que Madame Noé discute avec Dieu...

Voilà, pour le résumé, et franchement je m'attendais à rire, à me poser des tas de questions métaphysiques, bref, à retrouver quelque chose de L'arche part à 8 heures, un roman pour la jeunesse qui est bien loin d'être bête... A l'inverse, La revanche des otaries est un bide complet: l'humour est lourd, les essais de politiquement incorrects bien trop bateaux sont posés là comme un cheveu sur la soupe,  le style est... pénible et ça tourne vite à la mauvaise farce un peu graveleuse. Heureusement que ce petit roman publié chez Le Dilettante est court, car je ne l'aurai jamais fini sans ça.
A oublier donc!


Malgré mon manque total d'enthousiasme, certains ont appréciés la farce, un avis positif de Laurence chez Biblioblog.


La revanche des otaries de Vincent Wackenheim, Le Dilettante, 2009
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
ça avait l'air désopilant au début de ton billet... et ça tombe à plat... Dommage !
Répondre
A


C'est un peu pour cette raison que j'ai choisi de le lire... Et puis, non, en fait, comme tu le dis, ça tombe à plat!!



S
J'ai bien envie d'essayer celui-ci ;)
Répondre
A


Ouh! Stephie a l'esprit de contradiction... Vas-y, sans doute que tu trouvera quelque chose que je n'ai pas vu/lu...(C'est même fort possible!)



E
c'est toujours bien de voir qu'un livre qu'on a pas apprécié, ne l'est pas non plus pour quelqu'un d'autre:)
on peut en retenir: heureusement qu'il est court!
Répondre
A


Oui, ça reconforte :D on est plus sûr de ne pas passer à côté d'un chef d'oeuvre (et là c'est sûr à 110%, pas comme des fois où l'on sait que c'est bien mais pas
pour nous...)



B
Alors je suis d'accord avec Restling pour les pubs Orangina...trop nulles.
Sinon, j'étais intriguée par cet ouvrage mais tu m'a bien refroidis. Je vais le laisser sur les étagères de la librairie pour quelqu'un d'autres!!
Répondre
A


C'est vrai que je n'ai pas du tout aimé, mais ça n'engage que moi! C'est pour ça que j'ai mis un lien vers une crritique plus positive (M'enfin comme dirait Gaston,
je suis pas persuadée quand même!!)



R
Pas sur que j'aime... Déjà que je ne supporte pas les pubs Orangina avec les girafes et les hyènes lascives...
Répondre
A


Ah tiens, je n'avais pas fait le rapprochement avec la pub, mais maitenant que tu le dis, il ya de ça!!! (ah le bon vieux temps: Mais pourquoi est-il si
méchant?)