Fuck America d'Edgar Hilsenrath

Publié le par Aurore

Jakob Bronsky est un nouvel émigré aux Etats-Unis.

Le 10 novembre 1938, son père avait  écrit au consul des général des Etats-Unis d'Amérique: les synagogues brûlent, il y a urgence, il faut émigrer au plus vite...
Certes, certes, mais les quotas, cher Monsieur Bronsky répond le consul...
Et c'est dans les années 50 que la famille obtient ses billets, et à ce moment, il est trop tard.

Jakob traîne de petits boulots en jobs miteux, de ruelles crasses en chambres infestées de cafards, il traîne entouré par des déracinés, qui comme lui  trouvent refuge à la cafétéria juive et tentent de renouer avec leurs vies, avec leur langue. Il écrit Le branleur: l'histoire de sa vie, enfin celle du premier Jakob Bronsky. Car "Il y  a eu deux Jakob Bronsky [...] Le premier Jakob Bronsky, mort avec les six millions, et l'autre Jakob Bronsky, celui qui a survécu aux six millions". Il fantasme sur le cul des secrétaires de direction, calme ses ardeurs sous une douche froide, s'interroge sur les apparences et les faux-semblants qui font la vie américaine. Jakob déclare qu'il a 27 ans, on lui en donne 40 au bas mot...

Grincant, drôle, méchant et largement autobiographique, Fuck America raconte les errances de l'alter ego d'Hilsenrath sans complaisance mais avec une gouaille déléctable: il porte sur lui-même un regard dur mais pourtant compatissant. Ca se lit avec plaisir telle une petite fugue qui mélange rêve et réalité:  des dialogues imaginés avec une star du petit écran aux horreurs du ghetto et de la shoah, le style et le rythme rappellent ceux d'autres auteurs mythiques (Roth, Bukowski, Fante...). A découvrir!


Fuck America d'Edgar Hilsenrath, Attila, 2009


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Je suis ravie de lire un article sur ce livre, car j'en avais pris note, mais sans grande conviction, après ton enthousiasme, je ne vais plus hésiter ! ;-)
Répondre
A
<br /> <br /> Un côté politiquement incorrect  et rêve américain brisé qui décoiffe, c'est certain!<br /> <br /> <br /> <br />