La fille aux étagères

whidou-pelux-2271
est un pingouin qui revient tout doucement... Beaucoup d'imprévus pendant l'été & le manque d'envie. Je m'y recolle... tout doucement! Les prochains billets seront pour Masse critique (...) et BoB: des partenariats mis en stand-by depuis trèèèès longtemps. A bientôt!
   rssEmail

La vie de mon marque page

lhomme-qui-maimait-tout-bas.jpg


Billets à venir

Enola-Holmes-1
La-Voix-du-couteau

Et je passe par là...

Mes livres sur Babelio.com

Rechercher

Vendredi 18 juin 5 18 /06 /Juin 19:10

1000comPour fêter ça, et vous remercier de vos nombreux commentaires (1000!!!), 2 colis prendront prochainement leur envol vers l'auteur du 1000 ème et vers ma commentatrice la plus déchaînée (puisqu'à elle seule, elle est responsable d'environ 10% des commentaires).

Et les heureuses gagnantes de ce non jeu sont....  


Emmyne (pour son 1000ème comm, et sur un "indispensable" qui plus est!!)


et


Choco (pour ses 10%)


Et oui! Tout ça pour en arriver là!! Quel suspenseeee!!


----- Alors les filles, j'attends de vos nouvelles: Pedigree, N°SS,  Whish List & Beurk List, Mensurations et Cie!! (Attendez-vous à tout et même au pire!! :D)----




 

Par Aurore - Publié dans : Les chroniques du bizarre - Communauté : A nous les livres!
Ecrire un commentaire - Voir les 20 commentaires
Vendredi 18 juin 5 18 /06 /Juin 10:00

Maus


Il est des relectures nécessaire, et Maus en fait partie.

 

Dialogue entre un fils et son père, Maus raconte l'histoire des juifs pendant la seconde guerre mondiale. La fuite, les persécutions, la peur, l'invasion de la Pologne, l'espoir, la Shoah, et l'après avec cette culpabilité dévorante des rescapés.

 

 

 

Maus4.jpg

Tout montrer, voilà ce qui fait la force Maus (souris en allemand, "surnom" donné aux juifs par les nazis), voilà ce qui distingue cette bande dessinée des autres bios, témoignages... sur cette période. Spiegelman montre tout.


Les discussions parfois difficiles avec son père, ce survivant.

Ses interrogations éthiques.

Ses choix de fils.

La folie et la mort.

La reconstruction (et son impossibilité)

Les fêlures, les cassures. Les siennes, et celle de son père. La vie de ceux qui en ont réchappé, leur "besoin" de vivre entre eux, de ne pas se mélanger aux autres, la difficulté de comprendre quant on est de l'autre génération.


maus1.jpg

Maus est tout et tout ce que je ne pourrais pas vous dire. Ces petites choses qui touchent chacun de nous différemment.

Après cela, faut-il parler du graphisme (?), du Pulitzer qui a couronné cette oeuvre personnelle (car je ne crois pas qu'Art Spiegelman avait en tête ce Maus, et le succès qu'il aurait,  quant il griffonait dans RAW).


Lisez-le. Relisez-le. Faites vous une idée, on en reparle.bestever

 

 

 


Maus d'Art Spiegelman, Flammarion, 1998 (édition intégrale)

Tome 1: Mon père saigne l'histoire, Flammarion, 1987

Tome 2 : Et c'est là que mes ennuis ont commencé, Flammarion, 1992

 

 

Challenge-Coup-de-coeur Challenge-BD 
Par Aurore - Publié dans : Mes incontournables - Communauté : Chronique de nos lectures
Ecrire un commentaire - Voir les 19 commentaires
Mercredi 16 juin 3 16 /06 /Juin 00:00

Tux-imminent

Les unes parlent de météorite (une bonne idée, je retiens), les autres s'interrogent...


Put*****.. ça arrive!! Quelle angoisse!!


(Attention, ceci est le dernier épisode... ^^)

Par Aurore - Publié dans : Les chroniques du bizarre - Communauté : Chronique de nos lectures
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Mardi 15 juin 2 15 /06 /Juin 10:00

Enola-Holmes-1


Saviez-vous que Sherlock Holmes avait un frère? Moi je n'en savais rien! Et une soeur? Encore moins je parie!! Et pourtant si la jeune Enola n'avait pas vécu jusqu'alors dans l'ombre, nul doute qu'elle aurait eclipser son célèbre frère!!


Pourtant, jusqu'à son 14ème anniversaire, Enola avait tout d'une jeune fille normale. Enfin, normale, c'est beaucoup dire, car pour l'époque, Enola est un esprit éclairé, elevée par une mère déjà âgée (un vrai scandale dans l'Angleterre puritaine du XIXème). Une mère assez distante en fait et qui ne trouve rien de mieux que de disparaître le jour de son anniversaire (après lui avoir offert des cadeaux... qui se réveleront très utiles par la suite!). Alors, bon gré mal gré, Enola en appelle à ses frères qu'elle n'a pas revu depuis de nombreuses années. Hélas, rien ne se passe comme prévu, sa mère reste introuvable magré les efforts de Sherlock, et bientôt l'horrible Mycroft ne trouve rien de mieux pour se débarasser d'Enola que de l'envoyer dans une école pour jeune fille (son éducation laisse tellement à désirer!! Une vraie sauvageonne!)... Mais Enola n'entends pas se laisser enfermer dans une école et encore moins dans un corset! Ni une, ni deux, la voilà sur les chemins...


Un vrai plaisir que cette rencontre! Enola a plus d'un tour dans son sac, et jamais la langue dans sa poche, elle navigue tant bien que mal dans la société victorienne (et très rigide) de Londres, se lance à la poursuite de sa mère, et d'un jeune vicomte disparu. Une belle enquête policière (même si Les enquêtes d'Enola Holmes tiennent plus du roman d'aventure par bien des aspects), sans rebondisemment saugrenus, on se croirait dans l'univers de Doyle (tant pour l'ambiance que pour le style d'ailleurs, assez travaillé). Sherlock est fidèle à lui-même, Watson ausi (et peut-être Mycroft, mais je ne le connaissais pas celui-là!).

Cerise sur le gâteau, Enola fait preuve d'une véritable réflexion sur le statut des femmes de son époque, une lumière dans l'obscurité!

Et le 2ème et 3ème tome sont à la hauteur.. Ne me reste plus qu'à lire la suite!!

 

 

Les enquêtes d'Enola Holmes - La double disparition de Nancy Springer, Nathan, 2007

Par Aurore - Publié dans : Littérature & Albums jeunesse - Communauté : Les lectures de Florinette
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Lundi 14 juin 1 14 /06 /Juin 15:02
bestever.png
Je fais des billets sur mes lectures récentes qu'ils s'agissent de nouveautés en librairie ou d'oeuvres plus anciennes. C'est un peu (beaucoup) le but de ce blog!
Et pourtant, ça me titille parce que certains livres sont plus importants que d'autres dans notre vie, parce qu'ils font partie de notre histoire intime de la littérature... Parce qu'en priorité, notre goût de lecteur vient d'eux, et qu'en priorité, s'ils fallaient vraiment choisir (quelle triste idée) ce seraient ceux-là, et aucun autre. Et parce qu'en priorité, si l'on doit recommander ou offrir un livre, ils seront les premiers... (je sais ça fait beaucoup de priorités, mais qui n'en n'a pas?!)

Alors j'ai bien envie de parler de temps à autre d'un de ces livres qui sont pour moi incontournables (le deuxième dimanche du mois à 15h02 précise, par exemple ^^).
Bien sûr ce sera un point de vue partial car j'aime sans condition. Mais aussi point de vue partiel car il ne faut jamais trop en dire sur un livre quand  on l'aime vraiment: c'est prendre là, un risque bien trop grand...

Je ne sais pas encore comment je vais en parler, mais j'y réflechi...

"C'est génial, il faut que tu le lises" (j'aime bien donner des ordres ^^)

"C'est l'histoire d'un mec... Tu verras, ça va te plaire" (avec la famille, les dons de visions ne marche pas à tous les coups)

"Vous avez aimé celui-là, alors j'ai aucun doute, ce roman va vous emballer: du voyage, de l'amour et un grain de folie, et puis c'est très prenant..." (là ça aide de connaître son interlocuteur ou d'avoir une boule de cristal en état de marche)

Ou alors, j'opte pour un style brut et sauvage qui consisterai à coller la couverture, le nom de l'auteur, le tout assorti d'un splendide et efficace:
J'AIME!


A faire, à suivre...
Par Aurore - Publié dans : Mes incontournables - Communauté : A nous les livres!
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés